À la découverte de l’astrologie védique

En termes d’astrologie, plusieurs personnes ont tendance à privilégier celle occidentale avec les 12 signes du zodiaque. Il y a plusieurs autres formes d’astrologie comme celle provenant de l’Inde : l’astrologie védique. Elle est un peu semblable à celle retrouvée dans l’Occident à quelques exceptions près. Zoom sur les éléments clés de cette astrologie si particulière !

Les origines de la divination védique

Il est difficile de déterminer avec exactitude l’histoire de cette forme d’astrologie. Cependant, plusieurs s’accordent à dire qu’elle remonte à la civilisation de la vallée de l’Indus. Au cours de cette période, l’art de divination védique s’épanouissait avec l’expansion agricole qui dépendait fortement des saisons et des conditions de météo. Ainsi, il est donc facile de dire que cette forme d’astrologie remonte à plusieurs millénaires avant l’ère actuelle.

Elle est encore appelée astrologie hindoue ou Jyotish faisant référence à la lumière ou au corps céleste. En réalité, la divination indienne renvoie aux disciplines comprises dans les Védas. Le terme Jyotish fait référence justement à l’une des six disciplines que les Védas (textes sacrés indiens) contiennent. Dans la culture indienne, il est possible de distinguer trois différentes branches au sein de leur astrologie. Il s’agit du Siddhanta nommé astronomie, du Samhita appelé astrologie mondaine et enfin de l’Hora qui équivaut à l’astrologie de prédiction.

Les différents signes de l’astrologie védique

Quelques représentations de divinités

Comme dans l’astrologie occidentale, il y a aussi 12 signes qui prévalent au sein de l’astrologie indienne. Si vous êtes né entre le 15 avril et le 15 mai, votre signe védique est le Mesha. En astrologie occidentale, cela correspond au Bélier. Par contre, si la date de naissance est comprise entre le 16 mai et le 16 juin, le signe astrologique est le Vrishabha correspondant au Taureau. Hormis ces deux signes, il y a le Mithuna dont la date de naissance doit être située entre le 17 juin et le 17 juillet (correspondance gémeaux). Le quatrième signe de l’astrologie hindoue est le Karka (Cancer en Occident) né entre le 18 juillet et le 17 août.

Il y a par la suite le Simha (Lion en astrologie classique) né entre le 18 août et le 17 septembre puis le Kanya (correspondant au signe Vierge né entre 18 septembre et le 17 octobre). En dehors de ces derniers, il est possible de distinguer le Thula correspondant à la Balance (18 octobre-16 novembre) et le Vrishchika équivalant au Scorpion (17 novembre-16 décembre). L’astrologie indienne compte aussi le signe nommé Dhanu (le Sagittaire né entre le 17 décembre et le 14 janvier) et le Makara dont la date de naissance se situe entre le 15 janvier et le 13 février (Capricorne). Enfin, il faut distinguer le Kumbha (Verseau du 14 février au 14 mars) et le Meena (Poisson né entre le 15 mars et le 14 avril).

Les différentes planètes de l’astrologie indienne

L’astrologie hindoue s’intéresse beaucoup plus aux planètes qu’aux signes du zodiaque. À cet effet, il en existe 9 qui sont associées aux jours de naissance de chaque individu. Il faut donc distinguer la planète du soleil appelé Surya, celle de la lune nommée Chandra et la planète Jupiter appelée Guru. Il y a ensuite le Nœud Nord (Râhu), Mercure nommé Budha, Shukra appelé Vénus et enfin Ketu que les Indiens appellent Nœud Sud de la Lune.

Pour finir, il faut retenir que cette forme d’astrologie peut permettre en fonction des mouvements des étoiles de déterminer le destin et la personnalité de chacun. C’est une astrologie qui commence à prendre de l’ampleur dans le monde astral.